Avertir le modérateur

Jean-Christophe Poulet

  • Le front Démocrate Ecologique et Social

    Charte fondatrice du Front Démocrate, écologique et social

    Le Front démocrate écologique et social est une formation politique qui se situe

    au centre gauche sur l’échiquier politique français.

    Le Front démocrate (FD) se reconnait pleinement

    dans les valeurs laïques et républicaines.

    Faire le choix de créer un nouveau parti politique

    n’était pas une évidence mais la situation politique et sociale nationale

    nous pousse à tenter cette aventure.

    Les formations progressistes françaises sont traversées

    par la question d’accepter ou non une vision moderne de la sociale démocratie

    et de l’économie sociale de marché. Nous, nous la revendiquons.

    Indignés, nous le sommes face à la montée de l’extrême pauvreté et du chômage, 

    face aux rejets de l’autre, de l’immigré, du Rom, face aux extrémismes religieux

    ici et ailleurs, face aux tentations autoritaires ou du « tous pourris »

    d’un grand nombre de nos concitoyens, face aux affaires politico-financières

    qui ne cessent jamais et qui, jour après jour, décrédibilisent le politique,

    face aux fronts des refus en tout genre, qu’ils soient citoyens, patronaux ou syndicaux,

    vis-à-vis de toutes propositions de réformes, de transformations de politiques publiques.

    Le FD s’indigne mais sera une force de propositions, de solutions,

    de compromis, une formation positive et souple qui offre des perspectives

    de redressement à notre vieille République. Notre parti a vocation non pas à diviser

    mais à rapprocher, par des réponses concrètes, dans l’intérêt général et,

    n’ayons pas peur des mots, dans l’intérêt national et européen.

    Le FD pense que la création d’un front républicain dynamique et offensif

    est nécessaire ; le meilleur exemple est le Conseil National de la Résistance.

    Le FD veut participer, inciter à ce nouveau pacte républicain avec l’ensemble

    des formations politiques, syndicales et associatives démocrates,

    laïques et républicaines.

    Nous sommes lucides et ambitieux.

    Lucides car nous savons que très nombreux sont nos concitoyens désabusés, 

    déstabilisés, inquiets face à l’avenir.

    Ambitieux car notre pays ne manque pas de ressources, notamment

    dans sa jeunesse et sa diversité. Nous sommes conscients du fait que ce qui peut

    nous rassembler est plus important que ce qui nous divise.

     

  • Départementales 2015 dans le Val d'Oise : La gauche jouerait-elle à qui perd gagne ?

    A la veille de la clôture des listes aux élections départementales sur le Val d'Oise , nous pourrons avoir des regrets sur la tournure des désaccords à gauche.

    Les petits partis expriment des nuances, des idées nécessaires pour alimenter la vie politique. Le parti socialiste a lui aussi en interne ses nuances qu'il faut respecter. D'ailleurs le dialogue existe dans la gestion communale ou avec l'UDSR présidée par Jean-pierre Bequet.

    L'union ne va pas de soit surtout pour des élections ou la reconquête du département n'est pas d'actualité.

    Pourtant il ne semblait pas bien difficile de trouver un accord entre les radicaux, les progressistes le front démocrate et le parti socialiste.

    Sur certains cantons comme celui de Taverny, c'est le grand gâchis . D'abord par EELV qui préfère parachuter des candidats plutôt que soutenir une union autour des combats menés par les villes de Pierrelaye et de Bessancourt pour protéger la plaine. C'est vrai que nous fûmes rarement soutenus par ce parti si ce n'est par certains élus régionaux tel Sylvain De Smet. Ensuite par le parti socialiste , qui ne digère pas sa défaite à Taverny, cherche le ou les responsables. Et si les autres partis n'ont pas toujours brillé par leur clarté , le temps de la réconciliation et de l'apaisement devait permettre une candidature d'union. Il n'en sera rien. Restera aux gens de raison à soutenir celui qui a le plus de chance de se qualifier pour le second tour. Si qualification pour un candidat de gauche il y a. Je ne parle même pas du front de gauche qui annonce...deux candidatures concurrentes.. . Au final 4 à 5 candidatures de gauche sur le canton. A une époque , en 2001 je faisais 16,5% avec EELV aux cantonales, le PC 8% cela n'empêchait pas le PS de figurer au second tour et qu'une alliance permette une victoire .

    En 2008 , l'union était l'option la plus prudente pour la victoire d'un candidat de gauche . Et alors que le département passait à droite trois ans plus tard, nous conservions le canton à gauche.

    En 2015, malgré l'urgence à contrer le FN, rien de tout cela . Ce que nous voyons dans le canton de Taverny , nous le voyons sur d'autres cantons . Je ne cherche pas à désigner un responsable . La responsabilité de cet état de fait est collective . Rien n'a fait sens ni entraînement pour se lancer dans ces départementales.

    L'avenir réside sans doute autour des rassemblements inédits ici ou là avec des élus de terrain et qui préfigurent sans doute les bouleversements à venir.

    Car tout va changer en politique bientôt . Les garants de l'immobilisme d'appareil en seront pour leurs frais. Le citoyen reprendra la main . Les partis se transformeront autour de coalition sur un projet . C'est ce que je souhaite .

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu