Avertir le modérateur

la crise

  • Contribution exceptionnelle des collectivités : demandons de la prudence à l’Etat pour ne pas aboutir à un résultat contraire à l’objectif recherché.

    Contribution exceptionnelle des collectivités :  demandons de la prudence à l’Etat pour ne pas aboutir à un résultat contraire à l’objectif recherché.

    La situation de notre pays mobilise le gouvernement sur les nécessaires réformes et les économies à réaliser pour diminuer notre déficit et pour  relancer la croissance dans notre pays.  Je  fais  partie des élus qui pensent que ce pays doit être profondément réformé pour plus d’efficacité de l’état, plus de justice et un effort porté équitablement par tous pour sortir de la  crise.

    Le gouvernement a annoncé  le 30 septembre une contribution exceptionnelle des collectivités de plus de 3 milliards d’euros des 2015. Sur trois ans cela représentera 11 milliards d’euros de contribution. Un tel prélèvement risque de  nuire  à l’investissement et ainsi  d’amplifier les difficultés des entreprises qui travaillent pour ces mêmes collectivités.

    Si les collectivités doivent mieux maitriser leur dépense de fonctionnement, L’intérêt de notre pays serait  plutôt de favoriser l’investissement, tout en demandant  aux collectivités d’être économes  dans leur fonctionnement.

    L’année 2015 sera donc une année dans doute très difficile sur le plan budgétaire pour les collectivités comme pour tout le pays.

    L’État ne doit pas oublier que   l’intérêt du pays est dans le soutien des initiatives publiques et privées pour favoriser le redémarrage économique et non dans des coupes budgétaires contre-productives.  Tout est question d’équilibre. Au risque sinon de ne pas aboutir à l’objectif, bien légitime,  recherché.

     

    La  solution globale et durable est d’arriver à une carte cohérente des collectivités le plus rapidement possible.

  • lire et après ?

    Jacques Attali dans son ouvrage revient sur un nécessaire retour de l'état et d'instances de régulation internationale.

    ce qui stimule dans son ouvrage, c'est une non résignation, et la redéfinition d'un nouvel équilibre mondial.

    ce qui inquiéte c'est l'absence de perspectives à court terme et l'annonce d'une crise longue.

    lire c'est bien, agir localement aussi, manque une pensée globale, une action collective.

    on est surpris du manque d'initiatives sous forme de forum, sur le plan national.

    on a plutôt l'impression d'un repli sur soi. on laisse passer la tempête.

    les collectivités territoriales s'apprêtent à augmenter les impôts, certaines annulent leurs cérémonies de voeux, se privant d'un espace de dialogue, de résistance à la crise par des initiatives culturelles, associatives, citoyennes...les voeux peuvent être plus sobres...et combattifs.

    la précampagne des européènnes ne décolle pas.

    la PS se réorganise. la gauche panse ses plaies.

    je pense qu'il faut trouver un espace de dialogue, pour expliquer la crise, expliquer les changements importants qui ne manqueront pas de se produire dans notre vie quotidienne du fait notamment de l'urgence écologique.

    je vais solliciter mes amis de l'ADELS qui font déjà tant avec peu pour voir si ils ne souhaitent pas se lancer avec d'autres et le soutien de collectivités dans une sorte de tour de France proposant des forums avec des sortes de carnets de crise ou de sortie de crise.

    d'autres idées ?

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu